Et cette pièce noire d’encre de Chine

De nos étreintes, s’illumine

Belliqueuses éruptions pour cosmogonie divine

Au tumulte pacifié de mes craintes et tourments

Ce sont tes mots tendresse qui me caressent

Lorsque tes empreintes se promènent

Et vers d’autres cimes m’emmènent

A voix feutrée tes doigts me chuchotent

Mélodies et contes de fée

Doux mirages et oasis désirées

Puissent ces paréidolies qui m’assaillent ne jamais s’estomper

Leave a note here

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: