Il dit que j’écris la délicatesse

Que mes mots sont une fine mousseline

Un voile à peine posé sur notre Indochine

Ô ces cajoleries de dentelle, moi druidesse

 –

Ses paroles sont un souffle sur mon malhabile voilage

Toujours et d’avantage, il chérit l’ignominie drapée de douceur

Sous la magie de la pluie, ignore mes pleurs

Laissant derrière lui un délectable sillage – l’or de ses mots sur mon visage

 –

Il dit que j’écris la délicatesse

Que mes mots sont une fine mousseline

Un voile à peine posé sur notre Indochine

Ô ces cajoleries de dentelle, moi druidesse

 –

Ses paroles sont un paysage

Dont les perfections me taraudent

Et volontiers, lui laisse les odes

Dans la légèreté de sa soie

Je me fais luciole – aux étoiles, je caracole

Ma plume, ma plus belle étole

Leave a note here

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: