Ils avaient roulé toute la nuit. Roulé jusqu’à ce que les flots de lumière en sens inverse se fassent plus rares, moins denses. C’était une nuit sans lune et il n’y avait pas non plus d’étoiles, comme toujours aux abords des grandes villes. Elle avait cessé de le remarquer… leur absence et cela la tracassait sans qu’elle ne comprenne bien pourquoi. Elle colla sa tête à la fenêtre, regarda par le pare-brise. Non, aucune étoile.

Elle détaillait son profil qui se détachait dans la pénombre. Elle le connaissait par coeur, puis fit ce qu’elle faisait toujours : elle prit sa main posée, patiente en cas de besoin, sur le levier de vitesse. Elle était rassurée de le sentir là, réel, palpable, parce que parfois elle avait ce sentiment que la réalité lui échappait. Qu’elle passait au travers de cette dernière sans y être, sans s’y reconnaître et peut-être même sans y exister elle-même.

Mais il était bien là. Alors elle colla de nouveau la tête à la fenêtre et regarda les couleurs de la ville. Elles étaient plus vives la nuit que le jour, les perspectives différentes et les mensonges des heures les plus sombres avaient meilleur goût sur la langue.

Il n’avait pas parlé depuis de longues minutes. Elle non plus. Il n’y avait rien à dire depuis longtemps. Pourtant, ils aimaient partager ces moments de silence, gênants pour d’autres. S’il la touchait, si elle le touchait, il n’y avait pas besoin de paroles.

Ils roulaient sans destination. Pour le plaisir juste en regardant l’aiguille du carburant qui entamait sa lente dégringolade.

Elle réfléchissait en cherchant de nouveau les étoiles qu’elle ne trouverait pas. Mais elle savait déjà l’immensité du vide qui les attendait. Ils étaient aux abords d’une falaise et avec le lever du jour reviendrait la vie. Elle réfléchissait encore plus loin, à leur secret, à ce qui les habiterait toujours dorénavant. Elle pensait aux mots, aux détails, à eux dégoulinants… et maintenant ? Qu’allait-il en advenir ? Elle se le demandait en boucle. Ça, et les étoiles. Qu’allait-il devenir du cadavre dans leur coffre ?

Leave a note here

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: