Calme ta joie, Cosby c’est pas ton père…

Si vous n’en avez toujours pas entendu parler, c’est que vous vivez dans une galaxie très, très lointaine. La communauté afro se fait la guerre sur Twitter. Problème ? La disgrâce de Cosy. Ouaip, vous devriez être au courant depuis le temps… mais au cas où, laissez-moi vous faire un petit résumé de la situation.

Depuis 2004, de nombreuses accusations d’abus sexuels, de viols et d’abus sur mineur ont été portées à l’encontre de Bill Cosby. Certaines d’entre elles datent même de 1969 ! Il aurait alors drogué et violé ses victimes jouissant d’une totale impunité durant les 50 années qu’aura duré sa carrière de comédien; tout en bénéficiant de l’image joviale et bon allant du Dr Heathcliff Huxtable dans l’iconique Cosby Show.

En 2006, la toute première affaire portée devant la justice a été déboutée par le tribunal. Toutefois, depuis lors, plus de 50 femmes sont sorties de leur silence afin de faire entendre leurs histoires. Le 30 Décembre dernier, Cosby a finalement été arrêté et sera de nouveau présenté à la justice. En attendant son procès, il a été libéré sous caution.

Alors, pourquoi cette affaire est si importante que la communauté afro se déchire sur Twitter ?

Bill Cosby est une icône.

Comme Michael Jackson ou comme Michael Jordan, Cosby est une des icônes préférées de la communauté noire aux USA comme à l’international. Tous – moi y compris – se souviennent de lui comme jouant le jovial Dr Heathcliff Huxtable, un médecin noir qui a réussi, marié à une femme noire magnifique qui a elle-même a réussi et qui ensemble ont de beaux enfants à l’avenir brillant. Le mot-clé c’est “réussite” s’il fallait encore l’expliquer.

En effet, avec la démocratisation de la télévision dans les années 80, le Cosby Show a été une série pionnière dans le genre, n’hésitant pas à employer un cast presque exclusivement noir. Sans tarder, le Cosby Show deviendra l’une des meilleures séries télévisées de tous les temps.

Effectivement, la série mettait en avant une famille noire dans des situations de tous les jours, devenant peu a peu LE modèle à suivre, chaque épisode se concluant sur une leçon de vie et des conseils pour progresser ou s’améliorer en tant que personne. Bref, Cosby est devenu par ce biais un père virtuel pour des millions d’enfants de couleur.

Globalement, cette situation est problématique à deux niveaux:

  • d’un point de vue féministe
  • d’un point de vue racial

Bill Cosby et la culture du viol

A ce stade, il n’y a aucun doute, Bill Cosby est un violeur. Le nombre de victimes concernées ne fait qu’ajouter à l’horreur de la situation et me donne des sueurs froides. Mais, très étrangement, ce nombre n’est pas l’élément le plus important. Cosby est un violeur et devrait payer pour ses crimes. Il a admis lui-même avoir drogué puis profité de jeunes femmes alors qu’elles étaient inconscientes… c’est un viol. Point. Il n’y a même pas de discussion à avoir et je ne vois pas comment cela pourrait être considéré comme une relation consensuelle.

Ce qui retient particulièrement mon attention est la façon dont il rejette les accusations formulées à son encontre. Il ne se repose pas sur des faits, sur du concret, des éléments de logique. Sa stratégie consiste à discréditer les témoignages de ses victimes. Il ne s’agit que d’attaques ad hominem et c’est cette façon de procéder qui est absolument symptomatique de la culture du viol. Ceci ne fait que démontrer comment les femmes victimes de viol ou d’abus sont traitées à une échelle globale : non seulement la véracité de leur propos est remise en doute, mais le sérieux de leur état physique/psychologique est en toute point méprisé. Tout ça, sans oublier qu’on les accuse d’avoir provoqué ce qui leur est arrivé.

Je vous vois me regarder l’air offensé, mais posez-vous la question : comment auriez-VOUS réagi ?

Qu’est-ce que la culture du viol ?

La culture du viol se définit comme étant un environnement dans lequel le viol prévaut et les violences sexuelles faites aux femmes sont considérées comme étant normales, voire excusées par les media et la culture populaire.

La culture du viol est perpétuée au travers d’un langage misogyne, de l’objectification du corps de la femme, la glamourisation de la violence sexuelle, contribuant ainsi a une société qui méprise le droit des femmes et leur sécurité. Les comportements communément associes à la culture du viol incluent le victim blaming, l’objectification du corps de la femme, la banalisation du viol, le déni quant à l’étendu du viol et le refus de reconnaitre le mal fait par les violences sexuelles – ou des combinaisons des comportement sus-mentionnés.

Aussi, la culture du viol se manifeste au travers de l’acceptation du viol comme étant normal, voire une prérogative masculine, le refus des autorités d’aller contre les normes patriarcales de la société, ainsi que la peur de la stigmatisation ressentie par les victimes et leurs familles. Les violences sexuelles faites aux femmes sont considérées comment le continuum d’une société qui considère le corps des femmes comme disponible par défaut (cad, qui ne requiert pas de consentement pour être clair).

Maintenant qu’on se comprend, la culture du viol marche main dans la main avec le concept de victim blaming : c’est l’idée qu’une jeune fille ou une femme n’a eu que ce qu’elle méritait puisqu’elle l’a littéralement cherché.

« Qu’est-ce que tu faisais avec lui ? A cet endroit ? Chez lui ? A cette heure ? Seule ? Habillée comme ca ? etc. » Toutes ces questions n’ont pour but que de prouver qu’elle a supplié désespérément son assaillant pour une partie de jambes en l’air, qu’elle n’est qu’une menteuse et que la véritable victime est l’homme dont la vie risque d’être ruinée.

En cas de confrontation, la bataille est perdue d’avance pour les femmes qui doivent sans cesse apporter les preuves qui sauront établir la culpabilité de l’accusé au-delà du doute raisonnable. Et c’est exactement ce qui est en train de se passer dans le cas de l’affaire Bill Cosby. Plus de 50 femmes ont cherché à se faire entendre et se voient encore et toujours demander de fournir plus de preuves. Est-ce que vous pensez vraiment que 50 femmes s’associeraient pour fomenter un plan machiavélique dans le but de faire tomber un vieillard dont la carrière est depuis longtemps terminée au nom d’idéaux suprématistes ? Non mais soyons sérieux deux minutes !

Prenons un peu de recul. CINQUANTE femmes ne font pas le poids contre UN seul homme. Réfléchissez-y cinq minutes.

Pour en revenir au sexisme et aux stéréotypes, ceci est la traduction exacte de croyances culturelles selon lesquelles les hommes auraient plus de valeur et seraient plus compétents que les femmes. De par son profil de premier plan et parce qu’il est passé maître es en respectability politics (merci Chescaleigh), cela semble dur pour beaucoup d’admettre qu’il puisse être vraiment coupable. Après tout, il est riche, célèbre, un pilier de l’industrie du divertissement alors que ses victimes sont toutes des aspirants mannequins ou des actrices en devenir, des secrétaires, etc. Rien qui serait en mesure de rivaliser avec sa carrière monumentale. Et vous remarquerez aussi le dédain avec lequel sont mentionnées les activités professionnelles respectives de ses victimes. Mais pour qui elles se prennent ?

Vous avez fait attention à la façon dont les femmes sont jugées ? Si elles ne rentrent pas dans le moule de la mère, l’innocente/pure/vierge, elle devait très certainement chercher les problèmes… validant au passage qu’une femme sexuellement active ne peut jamais dire non. Ca vous rappelle quelque chose ?

Ouais, voilà, il s’agit encore du concept de la Putain et de la Madone. Une femme perd son statut privilégié dès lors qu’elle apprécie de s’envoyer en l’air. On pourrait parler de slut-shaming et de société patriarcale pendant des heures, mais on va s’épargner ça aujourd’hui.

Etre femme < être noire ?

Ce n’était qu’une partie du problème. Je mentionnais plus haut que la communauté afro était complètement divisée sur le sujet sur Twitter. En effet, de peur de perdre l’un de leurs héros, certains – et souvent dans les cercles militants – n’hésitent pas à avancer que la disgrâce de Cosby n’est que le résultat d’un complot fabriqué de toutes pièces par des suprématistes blancs. Mais bon, faut pas pousser le bouchon Maurice.

Okay, je vous l’accorde, les noirs doivent encore se battre pour être dignement représentés à la télévision, pas que comme des ghetto barbies qui twerkent toute la journée, pas que comme des voyous, pas que comme l’ami-e “caution noire”, etc. Les representations sont cruciales et contre toute attente, c’est le défi que Cosby a relevé avec le Cosby Show. Mais Heathcliff Huxtable n’existe pas et même si c’était le cas, il serait tout aussi coupable que Bill Cosby l’est aujourd’hui.

Toutefois, ce qu’il y a de plus troublant, c’est la promptitude des militants noirs à défendre quelqu’un qui ne s’est jamais exprimé en faveur du mouvement #BlackLivesMatter. Dans son fameux discours connu sous le nom de « Pound Cake speech », Cosby justifie notamment les violences policières. De plus, en regardant de plus près les interviews qu’il a données ces dernières années, il est difficile de rater son mépris affiché pour la communauté noire dans son ensemble et la culture Hip Hop en particulier. Ses vues sur les familles en difficulté, les paternités chaotiques et les violences faites aux femmes sont absolument révoltantes. Mais avez-vous une idées de qui le défend le plus ardemment sur les réseaux sociaux ?

Les rappeurs… Comme The Games ou 50 Cent, de nombreux rappeurs n’ont pas arrêté de donner leur opinion à qui mieux mieux, argumentant que tout cela était arrivé il y a longtemps et que l’on devrait laisser Cosby tranquille pour se concentrer sur les problèmes de violences policières qui font la une des journaux. De fait, ils minimisent totalement les conséquences des violences qu’on subi ces femmes. Dingue, non ?

I think it’s crazy that Bill Cosby has a mugshot for alleged assaults 11 years ago with no physical evidence or proof besides these womens accounts of what he did to them an entire decade later…. But Darren Wilson, who killed Mike Brown on camera, is FREE. George Zimmerman, who killed Trayvon Martin, is FREE. Timothy Loehman, who killed Tamir Rice seconds after arriving on the scene.. on camera, is FREE. Officers who shot Keith Childress 19 times for holding a cellphone they thought was a gun, are FREE. Officers who arrested Sandra Bland & detained her until her mysterious death, are FREE. All of the officers who shot 50 rounds into Sean Bell’s car, on his wedding day, killing him, are FREE ! I could go on all day, but you get the point… & again, y’all put Dr. Huxtable in jail off of word of mouth. I’m not here to say these women are liars or not because RAPE is a huge deal & I don’t wish that on any woman of any color… But whether or not he actually did anything, we won’t know because of the lack of evidence or proof & the duration from the point of the alleged assault to now…. Why did it take these women over 10 years to bring this to the light ? & while we out here laughing & making memes of a 70+ year old man who practically raised us all on tv as children….in other news…. The people we pay taxes to keep employed are still taking the lives of men, women & even children, ON VIDEO, are out here enjoying the New Year FREE & I don’t see no memes of that shit…. & who am I except a man with an opinion……. So I’m not here to ask anyone to do anything other than pay attention & govern yourself accordingly – The Game #BlackLivesSplatter @black_lives_splatter

Une photo publiée par The Game (@losangelesconfidential) le 5 Janv. 2016 à 10h22 PST

En lisant la légende de The Game, l’on se rend compte aisément combien les gens sont aveuglés par l’affection qu’il porte à un personnage fictif qui les aurait littéralement élevés à la télévision…

S’il vous faut plus de preuves que ça que les violences faites aux femmes sont un problème secondaire, voire tertiaire pour certains… ne cherchez plus. Entendons-nous bien. Je ne dis pas que les violences policières sont moins importantes que l’affaire Cosby. Je dis qu’elles sont AUSSI importantes, que lumière doit être faite et qu’il doit être puni en conséquence.

Fermer les yeux sur ce qui est arrivé à ces femmes, c’est jouer en faveur de la culture du viol et continuer d’encourager l’idée que le viol n’est pas quelque chose de réel, ni d’important et surtout qu’il n’a pas de conséquences pénales.

Tristement, le cirque autour de Cosby confirme bien l’idée qu’être noire et être femme vous place directement au plus bas de l’échelle sociale. Et je n’essaye même pas d’être dramatique. L’égalité des sexes et l’égalité raciale demandent une attention de tous les instants… ce qui peut faire perdre de vue ce pour quoi l’on se bat parfois. Mais cela devait être dit. Je suis une femme, je suis noire et j’ai à me battre tous les jours pour ces deux raisons. Ma soeur aura certainement à se battre aussi, et probablement mes enfants aussi. Peut-être que vous vous battez également… mais si c’est le cas, êtes-vous sûr-e-s que c’est pour les bonnes raisons ?

Make your voice heard

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s